L’entreprise québécoise Enerkem vient d’inaugurer à Edmonton sa première usine de production de biocarburants à partir de déchets. Rappelons que l’entreprise a développé une technologie permettant de convertir les matières résiduelles non recyclables en méthanol, en éthanol et autres produits chimiques intermédiaires utilisés couramment. Elle exploitait jusqu’à présent une usine de démonstration et une installation pilote au Québec ; l’usine inaugurée en Alberta constitue ainsi la première unité de production “à pleine échelle”.

Nous sommes fiers d’inaugurer notre première usine à pleine échelle qui représente l’aboutissement de plus de 10 années d’efforts disciplinés de mise à l’échelle de notre technologie, depuis l’usine pilote et la démonstration au Québec jusqu’à l’échelle commerciale, indique Vincent Chornet, président et chef de la direction d’Enerkem. Cette usine innovatrice est de loin l’un des développements les plus importants pour les secteurs des matières résiduelles et de la bioraffinerie. Nous sommes ravis qu’elle serve de modèle à plusieurs collectivités et industries du monde entier. Pour le Québec, cette usine démontre la force du génie québécois en innovation industrielle et offre des opportunités importantes de croissance et d’exportations manufacturières.

Cette usine compte parmi les toutes premières installations commerciales au monde à être construites en vue de la production de produits chimiques renouvelables et de biocarburants avancés. Alors que la production de biométhanol commencera progressivement durant la phase de démarrage, un module qui convertira le biométhanol en éthanol avancé sera ajouté d’ici à la fin de 2015. Selon l’entreprise, l’usine, qui aura une capacité de production de 38 millions de litres par année, aidera la ville d’Edmonton à augmenter le taux de valorisation de ses déchets domestiques à 90 %. Elle devrait en outre générer des retombées nettes dans la région immédiate de près de 65 millions $ par année.

articles récents