Un tiers des matières résiduelles du grand Montréal pourra bientôt être transformé en biogaz grâce à la mise sur pied d’une nouvelle usine à Terrebonne.

S’inscrivant dans le cadre d’un des plus importants projets de transformation de biogaz en biométhane en Amérique, l’usine, inaugurée la semaine dernière, pourra en effet valoriser les matières résiduelles de Montréal, soit environ un tiers, qui sont actuellement enfouis sur le site.

BFI Canada, l’entreprise derrière ce projet, souligne que l’énergie générée pourra alimenter l’équivalent de 15000 camions lourds pendant une vingtaine d’années. Le projet permettra aussi de réduire la dépendance au pétrole du Québec de 350000 barils de pétrole par an, évitant du même coup l’émission de 1, 2 millions de tonnes de CO2 sur une période de 10 ans.

Selon BFI, les résidents de la grande région de Montréal produisent en moyenne 4 millions de tonnes de matières résiduelles chaque année – un chiffre en constante augmentation. Pour l’entreprise, ce gaz naturel vert dit de haute qualité présentera également une source importante d’approvisionnement pour le réseau gazier du Québec. La mise en opération de l’usine est prévue vers la mi-année 2014.

Le gaz naturel est l’une des ressources énergétiques les moins polluantes sur la planète par rapport à d’autres combustibles fossiles, explique Yves Normandin, vice-président de BFI. Voilà une solution technologique de pointe qui permet d’améliorer la qualité de vie de nos communautés et de valoriser les écosystèmes”.

articles récents