Les aliments locaux sont plus populaires au Québec et en Ontario selon un récent rapport. Intitulé Cultivons les bonnes affaires: L’appétit grandissant du Canada pour les aliments locaux, ce rapport du Conference Board du Canada indique aussi que c’est dans ces deux provinces que les systèmes alimentaires locaux ont le plus d’impact positifs sur l’économie. Le Québec arrive ainsi au premier rang avec 29% de sa production alimentaire globale consommée par les Québécois et l’Ontario suit derrière avec 24% de ces produits alimentaires locaux consommés localement. 

Au Canada, c’est 20% des aliments qui sont consommés dans la province où ils sont produits. Les aliments locaux constituent aussi une part importante des aliments consommés en Colombie-Britannique avec 16% et en Nouvelle-Écosse, avec 13%.

Parmi les autres faits saillants du rapport :

  • L’intérêt pour les aliments locaux est motivé par des préoccupations sur la qualité des aliments, la santé et la nutrition, la salubrité des aliments, l’économie et producteurs locaux, ainsi que l’environnement.
  • Les consommateurs ont indiqué que s’ils achètent des aliments locaux, c’est en partie parce qu’ils veulent soutenir l’économie et les agriculteurs de leur région. Bon nombre pensent également que ces aliments sont plus frais que les produits venus d’ailleurs.
  • La disponibilité et la commodité, tout comme le prix de certains produits locaux, sont les principaux obstacles empêchant les consommateurs d’acheter des aliments locaux.
  • Les systèmes alimentaires locaux procurent des avantages économiques à un vaste éventail d’entreprises. Les petits et moyens agriculteurs (PME), de même que les détaillants et les fournisseurs de services alimentaires qui ciblent les créneaux et les marchés haut de gamme, en retirent les plus importants.

Parmi les conclusions et recommandations du Conference Board, les aliments produits et consommés localement au Canada devraient être encore mieux intégrés dans l’ensemble du système national de distribution alimentaire. À cet égard, le rapport propose que les détaillants, les fournisseurs de services alimentaires et les distributeurs collaborent davantage avec les producteurs locaux en vue d’accroître la disponibilité et la visibilité des aliments locaux. Le rapport souligne également, qu’il faut mieux préciser la provenance locale de ses aliments sur les étiquettes. Les établissements du secteur public pourraient également faire de l’approvisionnement en aliments locaux, une “priorité”.

Les aliments locaux occupent une place de plus en plus grande au sein du système alimentaire canadien, et l’intérêt à leur égard s’est accru au cours des dernières années” dit Michael Bloom, vice-président, Efficacité organisationnelle et apprentissage du Conference Board. “Ce que nous constatons, c’est que les possibilités ne manquent pas d’élargir le rôle des systèmes alimentaires locaux au Canada et qu’il y a d’importants avantages économiques à en tirer.”

Pour en savoir plus, cliquez ici

articles récents