Que vous soyez un vacancier ou un citoyen corporatif, l'été rime parfois avec relâcher quelques bonnes habitudes. Voici quelques conseils pour préserver les bonnes habitudes et des suggestions pour bien profiter de l’été et des vacances de façon écoresponsable.

Le transport actif :

  • Miser sur des déplacements responsables par exemple en maximisant l’usage du transport collectif ou du vélo, ils contribueront à un mode de vie actif et surtout à réduire votre empreinte.
  • Lorsqu’il faut prendre l'avion, il est possible de compenser ses émissions carbones : Les émissions de gaz à effet de serre émis lors du transport en avion peuvent être compensées en faisant un don à une organisation qui a des projets de plantations d’arbres ou de développement durable, par exemple Carbone boréal. Privilégier le slow travel, qui consiste à se déplacer moins en voyage, mais surtout à le faire plus lentement, en privilégiant par exemple le train par rapport à l’avion. Dans le cas d’un voyage en Europe, des outils comme l’éco-comparateur de la SNCF permettent de comparer l'impact écologique et les avantages économiques des modes de transports pour les trajets.

La consommation consciente:

  • Lors de longues absences au bureau ou à la maison, il est possible et plus écologique de débrancher les appareils électroniques : télévision, ordinateur, cafetière, etc. Consommer des produits de saison et de provenance local, cela contribue à soutenir les régions et leurs producteurs.
  • L'argent dépensé en voyage peut aussi profiter aux communautés et leurs habitants, par exemple en achetant ses souvenirs chez les artisans.
  • À la plage ou en mer, utiliser des sacs en tissus ou plus lourds que le plastique pour faire office de poubelle pour éviter que le plastique ne finisse dans la nature. 

Les petits gestes qui font une différence:

  • Éviter les produits jetables s’applique aussi en voyage. Pour un impact écologique moindre, disposer adéquatement des déchets comme on le ferait chez soi et réduire l' usage d'eau en voyage, plus particulièrement dans les régions, font partie des gestes responsables à poser. 
  • Pour les adeptes de pêche, pensez à rejeter les poissons trop petits à la mer, afin de leur permettre de grandir et de contribuer à la reproduction de leur espèce.

L’écotourisme ou le tourisme vert:

  • L’écotourisme propose des activités pour profiter de la région tout en permettant un impact moindre; que ce soit avec des croisières d’interprétation, kayak de mer, randonnée pédestre, vélo, parcours d’aventure, plongée sous-marine… Plutôt que de survoler en avion une montagne, opter pour une montée à pied peut s'avérer plus satisfaisant et sera plus écologique. Il existe plusieurs guides d’éco-tourisme pour se renseigner davantage.
  • Rappelons que certains loisirs ont plus d’impacts négatifs sur l’environnement que d’autres. Par exemple, les activités motorisées, jet-ski, sont bruyantes et polluantes. D’autres, comme le golf ou les piscines nécessitent des produits chimiques et pesticides.

De plus en plus d’événements, comme des festivals ou des compétitions de sport, sont organisés en tenant compte de critères environnementaux (tri des déchets, gobelets consignés, toilettes sèches, voyage en train ou covoiturage…), et des services favorisant l’attitude écoresponsable des festivaliers sont offerts. Le nombre d’hôteliers québécois affichant des certifications telles que RéserVert augmentent également. Ces certifications visent entre autres à améliorer de façon continue les pratiques écoresponsables de ces hôteliers.

Ne reste plus qu’à faire des choix plus éclairés en matière de destinations et d’activités estivales, pour lesquelles plusieurs outils en ligne sont disponibles tels que Ulysse, Kepri, le guide de l'OCR (Observatoire de la consommation responsable), les conseils d'Équiterre et Aventure écotourisme Québec.

articles récents