Gens d’affaires, ingénieurs et groupes écologistes s’allient pour accélérer le virage québécois vers une économie “verte”. Sous le nom de Switch, cette alliance, qui réunit entre autres des membres de l’Association de l’aluminium du Canada, du Réseau des ingénieurs du Québec et de Cycle Capital Management, réclame du gouvernement l’adoption d’une “vision claire” afin d’assurer la cohérence de ses mesures et politiques vers une économie verte.

L’alliance dévoilait ainsi le 14 mars un document “L’économie que nous voulons“, soulignant l’importance et la croissance de l’économie verte sur la scène internationale. Le document indique que les marchés associés à l’économie verte sont estimés à près de 1000 milliards$, emploient des dizaines de millions de travailleurs et sont en forte croissance, notamment du côté des technologies propres, de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Pour ce regroupement, la marche déjà enclenchée ailleurs dans le monde, avec plus de 500 milliards$ investis à la suite de la crise économique, notamment en Chine et aux États-Unis, est à suivre ici. “Le gouvernement du Québec mène actuellement un grand nombre de consultations en matière de politique industrielle, d’énergie, de transports et de recherche et d’innovation, mais il nous manque une vision d’ensemble liant nos marchés intérieurs, la grande industrie et nos fournisseurs de biens et services afin d’assurer la cohérence et la convergence des efforts de chacun”, souligne Jean Simard, président de l’Association de l’aluminium du Canada.”L’occasion est belle de jeter les bases d’une économie québécoise compétitive, innovante et efficiente, qui réconcilie équité sociale, environnement et qualité de vie.”

Switch lancera donc au cours des prochains mois plusieurs comités de travail, sur les marchés publics, les leviers financiers, l’écofiscalité et l’innovation sociale. “Alors que les marchés mondiaux de l’économie verte sont parmi ceux qui connaissent la plus forte croissance en termes de retombées économiques et d’emplois, comment en faire profiter l’économie et les entreprises québécoises ? C’est à ce type de questions que les comités vont se pencher, en proposant des façons d’accélérer le virage de l’économie verte dans tous les secteurs de l’économie”, ajoute Denis Leclerc, président d’Écotech Québec.

Switch rassemble également des représentants de la Fondation David Suzuki et d’Équiterre, et est soutenue par le Mouvement Desjardins, Enerkem, Innergex et la CSN.

Pour consulter le document “L’économie que nous voulons“, cliquer ici

articles récents