Les entreprises développant des efforts d’efficacité énergétique pourront bientôt faire certifier leurs démarches dans le cadre d’une nouvelle norme ISO.

Un nouveau programme destiné aux industries désirant être certifiées selon la norme ISO 50001 en management de l’énergie vient en effet d’être lancé. Cette norme internationale a pour but d’établir une approche systématique pour les entreprises et d’améliorer leur efficacité énergétique et de réduire leurs coûts. Elle combine en fait l’efficacité énergétique aux pratiques de gestion, auprès de compagnies de différents secteurs — bâtiments commerciaux, services publics, établissements institutionnels et les transports.

"Ces améliorations [d’efficacité énergétique] peuvent entraîner d’importantes diminutions des coûts liés à l’énergie en plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre (empreinte carbone) d’une organisation et d’autres effets néfastes pour l’environnement", indique le Conseil canadien des normes (CCN). La norme définit entre autre un cadre d’exigences pour que les organismes puissent :

  • Élaborer une politique pour une utilisation plus efficace de l’énergie
  • Fixer des cibles et des objectifs pour mettre en oeuvre la politique
  • S’appuyer sur des données pour mieux cerner l’usage et la consommation énergétiques et prendre des décisions y relatives
  • Mesurer les résultats
  • Examiner l’efficacité de la politique

"À mesure que les coûts liés à l’énergie augmentent et que s’accroît le nombre d’organisations qui choisissent de réduire leur impact sur l’environnement, la conformité à ISO 50001 deviendra de plus en plus courante. Les organisations qui adoptent des pratiques exemplaires s’assureront en outre un avantage sur leurs concurrents", dit le directeur général du CCN, John Walter.

Cette norme qui a été lancée il y a un an à l’international fait maintenant partie des "10 normes les plus en demande sur plus de 19000 certifications dans le monde", indique le CCN. "ISO 50001 est en train de changer la mentalité du monde des affaires en matière de gestion de l’énergie. Des études montrent qu’elle pourrait avoir des répercussions positives sur environ 60% de la consommation mondiale d’énergie", dit Chantal Guay, vice-présidente aux Services d’accréditation du CCN.

Pour plus d’informations sur le programme de certification, cliquer ici.

articles récents