Air Canada a effectué cette semaine son premier vol commercial alimenté grâce à un carburant composé de kérosène conventionnel et de biocarburant d’huile de cuisson recyclée.

Pour ce faire, Air Canada a utilisé un avion A319 d’Airbus — auquel aucune modification n’a dû être apportée — et un biocarburant fourni par l’entreprise néerlandaise SkyNRG. Grâce à une série d’autres mesures — telles que le nettoyage du compresseur moteur pour en accroître l’efficacité et le roulage de l’appareil avec un seul réacteur à l’arrivée –, l’entreprise envisageait une réduction de 40% des émissions produites par ce vol Toronto-Mexico.

"Le vol d’Air Canada montre que l’industrie du transport aérien est en position de force pour réduire les émissions, dit Fabrice Brégier, président d’Airbus. Pour que cela devienne une réalité commerciale quotidienne, nous avons maintenant besoin d’une volonté politique permettant d’encourager l’utilisation des biocarburants renouvelables et d’accélérer la modernisation des systèmes de gestion du trafic aérien. Il nous faut le soutien explicite des États ainsi que la participation de tous les intervenants de l’aviation."

Ce vol s’inscrit dans le cadre du projet "En route vers un futur durable", réalisé par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) dans le cadre de la Conférence Rio+20. Cette initiative internationale consistait à orchestrer une série de vols de correspondance via Toronto, Mexico et São Paulo utilisant des carburants alternatifs "durables". Cette initiative visait à souligner l’engagement de l’industrie de l’aviation à l’égard de l’environnement à la conférence Rio+20.

Porter Airlines, Air Canada, Aeroméxico et GOL participaient à cette série de vols réalisés en collaboration avec Bombardier, Airbus et Boeing, dont les appareils étaient tous alimentés grâce à divers mélanges de biocarburants.

articles récents